Recherche

Meme Y El Padre

Mois

mai 2016

Yellowstone NP, Septembre 2014
Une nature morte, l’autre bien vivante. Quelle différence ? Des couleurs qui, même avec la fraîcheur du matin, viennent vous réchauffer de leurs éclats. Il fait bon vivre au milieu de ces brindilles sans rien attendre que la faune s’approche.

 

Percé. QC, Juin 2015 Lire la suite

Ottawa, Août 2015 Lire la suite

Chicago. IL, Août 2015
Des petits canards dans la mare. Ils naviguent dans ce port de plaisance du lac qui fait face à cette métropole. Dans l’indifférence totale, ces êtres vivent leur vie à côté d’une ville bien trop occupée. L’observatoire au loin est là pour les étoiles, nous, nous sommes là pour eux.

 

 

Montréal. QC, Mars 2015 Lire la suite

New York City, Janvier 2015 Lire la suite

Chicago. IL, Août 2015Cet homme au centre restera une éternité à regarder, écouter, de la musique se jouer. Ni un sourire, ni une expression ne viendront perturber ce visage sans rides. Concentré, il laissera le choix des applaudissements aux deux personnes à côté de lui. Qui est le plus heureux entre ces deux hommes ? Le plaisir d’entendre simplement des mélodies n’est pas dans vos expressions mais ce que vous ressentez au fond de vous.

Lac brûlé, Avril 2015

Un petit sourire pour bien démarrer la semaine. Le lac gelé qui ne demande qu’à être parcouru de long en large. Brûlé ? Un jour sans doute, on reste au froid pour l’instant. Le vrai froid.

Oyama. BC, Juillet 2015

Lorsque vous êtes perdu, il faut parfois suivre quelqu’un aveuglément. Ici, nous sommes aveugles. La robe blanche nous guide. Elle prend le vent. Tout comme cette mer de sable, balayé lui aussi. Cette femme tient là un tatouage providentiel.

Canyonlands NP, Septembre 2014

Le haut clair, le bas foncé, au-delà un soleil, telle est la vision d’une aurore en plein désert. Une terre inhospitalière qui vous offre certains cadeaux, ce présent. Le délice d’un éveil des sens de la nature. Un bonjour que l’on oublie vite de prendre tous les matins.

Freedom cliff, Okanagan Valley. BC, Juillet 2015

Le geste, le saut, le public. Tout le sentiment d’être au bout du monde est là, léger. Un lac dont vous ne pouvez articuler la couleur. Les bateaux sont immobiles, observateurs, aiment aussi avoir en fond un ballet de plongeurs. Les falaises vous laissent ce que vous en voulez.

Chicago, Aout 2015

C’était son anniversaire, on lui a offert un chant, elle était heureuse. Surtout, sa jovialité a donné un autre aspect à ce moment de rue. Elle a continué à danser puis elle s’en est allée.

Montréal, Juin 2015

Le temps n’altère en rien la beauté d’une ville. Cette route qui nous mène là-bas. Un chemin vers une porte du temps. Une vieille voiture au loin. Accèderons-nous au Montréal des années 60 ? Nous y sommes peut-être déjà.

Liberty Island – New York City / Janvier 2015

New York, nous t’observons de loin. Toi qui grandis tous les jours. Tu as connu des jours glorieux comme miséricordieux. Le bateau de l’histoire garde en lui toutes les douleurs. Les espoirs visionnaires restent toujours dans l’objectif.

Boston / Septembre 2014

La mer d’huile donne une idée au voilier qui vient dire bonjour au bateau des gardes côtes. Aucun mouvement ne viendra l’empêcher de faire quelques bords pour une belle soirée.

Bryce Canyon NP, USA / Octobre 2014

Si la parole d’un arbre se faisait entendre, la nuit des temps nous rattraperait avec cette oeuvre de la nature. Voyez ces rides multicolores. Le ciel a beau être bleu, ce n’est que pour ce tronc que nous n’avons d’yeux.

Paris / Mars 2014
Trois dimensions se succèdent laissant apparaître les passant venus se reposer sur les bancs. Cette scène inspire la tranquillité.

Paris / Février 2014

Comme un collage de deux photographies. Tout un jeu de devinettes. Que voyons-nous vraiment ? Où sommes-nous dans l’espace ? Quelle heure est-il ? Paris n’a pas le temps.

Observatoire – Montréal / Avril 2015Un chien, une passante, une ombre : un L ? Nous voyons ce que nous voulons voir.  Le public au loin en train d’observer la ville n’en a que faire.

Québec / Mai 2015

Un premier plan et une profondeur. Cette rue offre un je-ne-sais-quoi. L’ombre, ce facteur d’équilibre.

New York City / Janvier 2015

La neige ne prévient jamais mais lorsqu’elle vient se poser sur les surfaces lui faisant face le spectacle vaut une marche. Et nous rappelle des souvenirs d’antan. Les passants au loin nous raconteront-ils des histoires ?

New York City / Janvier 2015

Les classiques new-yorkais ne se démodent pas. Surtout si un élément nouveau vient s’ajouter à un paysage déjà bien connu. La chaîne de monuments qui part de l’édifice de gauche vers un petit point à notre droite. La Big Apple est une ville en noir et blanc.

Big Island, Hawaï / Octobre 2014

Le coucher de soleil ne saurait pas se montrer majestueux sans les nuages venant exceller le tout. Ces arbres des îles viendraient presque se prolonger vers la pénombre des cieux.

Hooki’pa Beach, Hawaï / Octobre 2014

La force des océans n’est jamais. Elle vous préviendra toujours avant de prendre la mer. Observez un peu au loin, vous qui êtes sur la côte.

On the High Line – New York City / Janvier 2015

On voit les choses de plus haut mais différemment aussi. Les contours de cette oeuvre nous font recentrer notre vision vers elle. Qui n’est autre qu’une photo d’ailleurs..

Nouvelle-Orléans / Septembre 2014

Une lueur sur le fleuve. Le Mississippi nous offre un remous léger mais assez pour nous mener jusque vers ce nuage cible d’un faisceau. Entre deux ondées.

Montréal / Avril 2015

Dès les premiers rayons de soleil, la renaissance du peuple s’active ne laissant plus une place pour que l’herbe se nourrisse de rayons ultra. Le bruit de ce cliché se fait entendre à travers ses symboles représentés.

Paris / Février 2014

Des tracés intérieurs dans le coeur de Paris accompagnent le passant curieux ou le touriste orienté. Comme un secret bien gardé que tout le monde connaît sans qu’il n’ose s’y aventurer.

Jardins des Tuileries, Paris / Avril 2014 

Un éclairage en plus, une tour en plus et un autre parc en prime. Quoi d’autre ? Des arbres peut-être, du vide aussi, un silence certain.

Yellowstone NP, USA / Septembre 2014

Les arcs-en-ciel sans qu’aucune pluie ne tombe. À penser qu’il ne faut pas passer par l’atelier de peinture pour avoir une palette entre les mains. Vivent les temps ombragés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑