Montréal. QC, Mars 2015

Que voyons-nous le matin, une vue monotone de notre chemin sur un trottoir. En tournant la tête ou en attendant impatiemment qu’une lumière passe au vert, nous avons cette vue-là. L’abri voit un million de fourmis s’y adosser, s’y asseoir, le frôler et lui ne bougera sûrement jamais. Nous le loverons alors que le vent sévit, nous aurons trop chaud alors qu’il y aura trop de monde.