Paris, Mai 2016

Quand on ne sait pas où se rendre
Que le reste est d’attendre
À la joke de l’ami qui passe
Au pigeon perché là-haut
À la poche qui s’envole
Un instant de rien
Avant le tout de la journée