Paris, Septembre 2016

L’ocre vers le sombre
Visages laissés s’effriter

Une vie de rue
Les regards se portent vers
Mais n’abiment pas

Le noir ne l’emporte pas
Cet art l’emporte toujours