Recherche

Meme Y El Padre

Paris, Septembre

Elle est comme un peu égarée
A la croiser furtivement

Sur mon chemin
J’ai vu ce contraste qu’elle offrait

Toute son élégance à être elle
Une seconde à la remarquer

Et voilà qu’un autre personnage

Belle-île, Aout 2016

La blancheur d’un mouchoir
Pour éponger l’émotion
D’un instant partagé
Des regards qui savent

A la brise inévitable
Elle se pose là
Dans les oreilles
Un air
Frais
Comme ce petit sourire

Paris, Septembre 2016

Le calme presque plat
Un vent venu d’ailleurs
Emmène un rideau sans attaches

Contraste de la lumière
Qui vient frapper
Le bleu
Et d’autres rideaux bien fixés

Une simple montée des marches
Se retourner doucement pour remarquer
Ce superposage

Martinique, Mars 2016

Peu de besoins
Peu de moyens

Juste le plaisir de bouger
Du rapport à cette balle

Elle tombe dans l’eau d’une maladresse
Eclabousse son talent

Jusqu’à ce qu’il reprenne le contrôle
Par toutes les surfaces de ses pieds

Juste ce rapport à la balle

Toulouse, Octobre 2016

Oui, pas de pitié
Pour celui que s’échappe
Sans que rires s’en suivent
Sans suite surtout
La bouche ouverte
Il ne pourra rien dire

Juste nous dire sourire aussi
De l’idée sans pitié

Toulouse, Octobre 2016

Juste quelques couleurs
Eclats
Et autres contrastes

Toulouse, Octobre 2016

En binôme
On regarde le fleuve
Ou l’on le vit
On se sent bien à la fin de journée

Paris, Septembre 2016

Elle attend son amie
Sans patience
Ou avec

Elle s’occupe comme elle peut
Et veut

Elle a voulu s’asseoir
Cette attente pourrait
Presque être
Longue

Paris, Septembre 2016

Un oeil toujours sur nous
Puis cet assemblage

Dune du Pyla, Aout 2016

Rouler dans le sable
Dévaler les degrés
Que faire du soleil qui tombe

La vie ici
Est de remonter pour mieux descendre
Tomber
Sans jamais renoncer

Jeune
Ou
Moins jeune

Paris, Juin 2016

Deux trois bricoles
Posées devant

Simplement deux personnes
Ne se connaissant

L’éclat d’un sourire
Par les dires gratuits

D’une dame
D’un monsieur

Paris, Septembre 2016

Le petit plaisir du jour
Justement gambader dans ces rues
Adorées pour le temps qu’on y reste
Sans compter nos heures

Toulouse, Novembre 2016

La balade
Un monde
Des senteurs
Le marché

Ce marché qui berce le dimanche matin
Sans pardonné les écarts de marche
Sous peine de tomber dans les étales

Les appels n’arrêtent point
Et la musique vie toujours quelque part

Toulouse, Novembre 2016

S’agglutiner sur les bords de Garonne
Un verre
Le reflet de toute une année passée
Envie de profiter des derniers mots

Le fleuve s’offre à nous
Comme véhiculeur de nos expiations
Se laver par le plaisir du partage
D’un même lieu
Amis
Inconnus
Se délivrer pour se livrer à l’hiver prochain

Paris, Septembre 2016

Faire semblant de partir à un endroit
Pour s’embarquer sans indication
Trompant ceux qui nous entourent

Puis garder le cap
Pour encore se perdre
Dans le cadre que l’on aura choisit
Et à l’intérieur s’en ouvriront d’autres

Paris, Septembre 2016

Sans plus de mots
Ni l’expression du ressenti
Un simple sourire
Reçu
D’un don

Ile d’Yeu, Aout 2016

En dehors du tumulte
S’étonner de ce qui vole
Des nuages même
Ou de l’étoile inconnue

Celle qui illuminera notre soirée
Avec les charmants lampadaires
Bien utiles à nos compatriotes
Qui s’esclaffent tout autour de nous

Paris, Juin 2016

Les quelques jeunes qui passent
Bruits d’oiseaux
Bruit de tout
De sujets à aborder

Les quelques jeunes qui parlent
Rires d’oiseaux
Rire de tout
Rien n’est jamais épuisé

Paris, Novembre 2015

Aussi loin que rapide
La vitesse dans le ciel
Je le regarde comme un avion
Sans laisser de traces

Je l’attends assuréement
Il reviendra pour quelques secondes
Sans trop se laisser prier
En regardant ses passagers dans les yeux

Toulouse, Octobre 2016

Plus envie de la journée
Plus envie du monde dans les rues

Se retrouver à la frontière
Se retrouver auprès du verre des amis

Plus de limites
Comme il n’y en a jamais eu

Paris, Septembre 2016

Se sentir proche
Loin de ce qu’il se passe derrière
Une ombre que l’on moque
Des feuilles qui tomberaient presques

Le temps est à revendre plus loin
Paroles en l’air
Qui rejoignent celles du café
Où se finira la balade

Ile d’Yeu, Aout 2016

On part en gardant des souvenirs
Les seuls
Quelques uns
Qui nous feront sourire en un étourdissement

La photo sera plus un état
Qu’un instant

Paris, Juillet 2016

Toutes les couleurs
L’artiste nous les propose
Des traits représentatifs
D’esprits ambiants du quartier

Toujours avec ces croquis
Le fond d’une vie qui
Ne s’arrête jamais
Et l’encrage s’évadait

Paris, Juillet 2016

Laisse parler la ville
Laisse là
Elle te dira ce qu’elle voudra
Te dire

Sans vrai nuance
Toute sa vérité

Ile d’Yeu, Aout 2016

Les moules
Les frites

Une aube déssinée
Par la vapeur
Qui s’échappe
Entre le port
Et les convives

Paris, Septembre 2015

Il se tient là
Ce lieu d’effervescence
Des bulles de cris
D’appels
S’échangent des regards
Tout plein de surprise
Pour sortir le caddie
Vide de sens

Ile d’Yeu, Aout 2016

Les vacanciers
Se massent
A la nature

Adorée pour être retrouvée
Chaque année
Sans la moindre hésitation
Dans la décision

Du plaisir
De partager l’endroit

La Rochelle, Mai 2016

Les étoiles dans le ciel
Les éclats du sol

Nos petons ne les remarques que peu
Par irrégularités
Néanmoins toujours présentent
Et peut de considération

Nos yeux les regardent
Sans les calculer
Au-delà des regards rivés sur elles

Toulouse, Novembre 2016

Comme seul au monde
Il roule
De passage vers un rivage
Le plus dur est de pédaler

La force du mollet
La force de l’esprit
Celle qui l’a fait sortir
Vers l’évasion

Paris, Juillet 2016

En pente
D’escaliers
Nous tombons
En même temps

Le bleu nous perd
Sans faire exprès
Un contraste assourdissant
Qui ne fait pas mieux

Que de poser des questions
De notre position

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑