Recherche

Meme Y El Padre

Tag

paris

Paris, France, 2017

Paris, France, Février 2017

Paris, France, Février 2017

Paris, France, Février 2017

Paris, France, Octobre 2017

La nuit l’ambiance est de sortie
Chaque bruits s’effritent
La lumière n’a plus qu’à prendre place

Paris, France, Septembre 2017

Les chaises sont partout
Dans un parc elles s’ouvrent à nous
Sons d’eau qui claquent la tranquillité
Les passages nous berçent

Paris, France, Septembre 2017

Quand il faut sortir
Les pas sur le bitume ne suffisent plus
Arriver près du square
On sent que la relâche n’est plus très loin

Paris, France, Septembre 2017

Quand le feux change de couleur
On passe
On discute aussi
Passage parlé

La Sorbonne, Paris, Septembre 2017

Sans véritable transparence
Une lumière spéciale
Il n’y a qu’à pousser la porte
Au risque de bousculer

Paris, Novembre 2017

À travers les vitres
Un autre monde
Une chaleur certaine
Qu’on apprécie au juste moment
Quand la fraicheur s’impose un peu trop
Une lecture
Une discussion
Viendront remplir aussi nos coeurs rafraîchis

Paris, Novembre 2017

Une forme dans la nuit
Les réverbères font luire la surface des pavés
Petit pas par petit pas
La silhouette va finir par choisir un coté

Paris, Novembre 2017

Je me cache sans que tu ne me vois
D’autres copains sont dans les parages
Je crois y passer la nuit

Paris, Novembre 2017

Et l’on descend les rues
Montmartre passé par là
Dans la nuit où les passants parlent
Les clients s’esclaffent
Et les voisins chuchotent

Paris s’endort doucement

Paris, France, Octobre 2017

Un regard dans la lumière
Pas besoin de lunettes de soleil
Juste de quoi prendre une photo

Paris, Novembre 2016

Comme un nuage que ce voile sur la dame
Le phare qui nous guide s’absente pour un temps

Qui la repose au sommet
Presque plus inespéré de la journée

Paris, Juillet 2016

Le regard de l’artiste
Puis le regard du spectateur
Intéressé
Intéressant

La profondeur de cet art
Un alliance entre
La création et sa destinée

Paris, Septembre 2016

Ce regard qui trouble
Vient chercher par tous les moyens
Les couleurs embellissent presque
Je prend la photo puis je trace

Paris, Septembre 2016

Quand le soleil se cache
Ce n’est pas que pour le mal
Le bien du jour qui s’en va
Réside dans les couleurs offertes

Paris, Septembre 2016

Quelques petites personnes
Assises en plein milieu des Buttes
Non loin du point
Qui mènera à surplomber l’endroit

Paris, Septembre 2016

La position du transat
Pas de meilleur moyen
Pour profiter du plein soleil

On s’amuse sur toute la surface
L’herbe propose de s’y frayer selon nos pieds
Le vert nous offre un peu de repos

Paris, Septembre

Elle est comme un peu égarée
A la croiser furtivement

Sur mon chemin
J’ai vu ce contraste qu’elle offrait

Toute son élégance à être elle
Une seconde à la remarquer

Et voilà qu’un autre personnage

Paris, Septembre 2016

Le calme presque plat
Un vent venu d’ailleurs
Emmène un rideau sans attaches

Contraste de la lumière
Qui vient frapper
Le bleu
Et d’autres rideaux bien fixés

Une simple montée des marches
Se retourner doucement pour remarquer
Ce superposage

Paris, Septembre 2016

Elle attend son amie
Sans patience
Ou avec

Elle s’occupe comme elle peut
Et veut

Elle a voulu s’asseoir
Cette attente pourrait
Presque être
Longue

Paris, Septembre 2016

Un oeil toujours sur nous
Puis cet assemblage

Paris, Juin 2016

Deux trois bricoles
Posées devant

Simplement deux personnes
Ne se connaissant

L’éclat d’un sourire
Par les dires gratuits

D’une dame
D’un monsieur

Paris, Septembre 2016

Le petit plaisir du jour
Justement gambader dans ces rues
Adorées pour le temps qu’on y reste
Sans compter nos heures

Paris, Septembre 2016

Faire semblant de partir à un endroit
Pour s’embarquer sans indication
Trompant ceux qui nous entourent

Puis garder le cap
Pour encore se perdre
Dans le cadre que l’on aura choisit
Et à l’intérieur s’en ouvriront d’autres

Paris, Septembre 2016

Sans plus de mots
Ni l’expression du ressenti
Un simple sourire
Reçu
D’un don

Paris, Juin 2016

Les quelques jeunes qui passent
Bruits d’oiseaux
Bruit de tout
De sujets à aborder

Les quelques jeunes qui parlent
Rires d’oiseaux
Rire de tout
Rien n’est jamais épuisé

Paris, Novembre 2015

Aussi loin que rapide
La vitesse dans le ciel
Je le regarde comme un avion
Sans laisser de traces

Je l’attends assuréement
Il reviendra pour quelques secondes
Sans trop se laisser prier
En regardant ses passagers dans les yeux

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑